" Un fanzine (contraction de l'expression anglaise « fanatic magazine ») est une publication imprimée périodique ou non, institutionnellement indépendante, créée  et réalisée par des amateurs passionnés pour d'autres passionnés." 

F

A

N

Z

I

N

E

SALON 2016.jpg
TRANSPARENCE
SARDINE BISCOTTO

TRANSPARENCE SARDINE &  BISCOTTO  (14-15 octobre 2017)


Salon REBEL REBEL #2  (Ocobre 2017) , avec un premier sourire sur une jolie et apparente contradiction  (?) => L’association d’un SALON (du livre, de la BD, des indépendants, de la jeune peinture, d’automne, de la voiture, du chocolat …) avec des « REBEL REBEL »  (qui se révoltent, se soulèvent contre une autorité, « Rebel Rebel » de David Bowie).

- « La Toto présence » dans un salon ?  - Faire de la dédicace (tradition des salons du livre …).  L’objet, le livre, le disque dédicacé prend tout de suite de la valeur. La question de la valeur et de la fragilité artistique, c’est ici de « peindre » doucement une dédicace in situ sur une biscotte (pour la transformer en œuvre d ‘art ?) et de la  glisser ensuite dans le fanzine => augmentation de la valeur ?  Biscotte  =  objet fragile par excellence ! .

01-1°Couverture.jpg

- Toto qu’est-ce ?   -La présentation et la description de la peinture de toto en référence avec les « imagines agentes » (images actives) héritées de l’antiquité : « Personnage humain avec un caractère étonnant ou inhabituel pour frapper la mémoire » =>  0+0  

Sans titre-11.jpg

                                                                                   “Imagines  agentes”    =>   “Elles   représentent   un                                                                                               personnage  humain  d’un  caractère  frappant  et                                                                                                 inhabituel  engagé dans une situation dramatique

                                                                                     et  frappante :

                                                                                    Nous devons donc créer des images capables de rester le plus longtemps possible dans la mémoire. Et nous y réussirons si nous établissons des ressemblances aussi frappantes que possible ; si nous créons des images qui ne soient ni nombreuses ni vagues mais actives : imagines agentes ; si nous leur attribuons une beauté exceptionnelle ou une laideur particulière ; si nous en ornons quelques-unes, avec des couronnes par exemple ou des manteaux de pourpre, de façon à rendre la ressemblance plus évidente ; si nous les enlaidissons d’une façon ou d’une autre, en introduisant par exemple une personne tachée de sang, souillée de boue ou couverte de peinture rouge de façon à ce que l’aspect en soit plus frappant ; ou encore si nous donnons un effet comique à nos images. Car cela aussi nous garantira plus de facilité à nous les rappeler. Ce que nous rappelons facilement quand c’est réel nous nous le rappelons aussi facilement quand c’est fictif. »
Extrait de l’Ad Herennium, (86-82 avant Jésus-Christ) cité par Frances Yates dans -les Sources latines sur la mémoire dans l’antiquité – L’ART DE LA MEMOIRE, N.R.F. GALLIMARD. 1987.

 

ALTER EGO & TOTO PERSO -Un dessin in situ de 0+0 = toto réalisé avec moi par le destinataire (feutres, papier aquarelle). Recherche d’altérité et d’échanges => A chacun à son toto original et perso. (souvenir d’enfance ou alors consultation médicale chez le psy: dessin du bonhomme ?). Dessin/peinture: son Toto à lui ! Qu’il glisse dans le fanzine (auto édition, autobiographie, autoportrait ? (mise à jour d’une proximité immédiate avec toto …, discussions, échanges, complicités, appropriations …).

- Toto-poster « supplément illustré » : cadeau pour les lecteurs d’une œuvre originale (gravure, dessin, photographie, poème …) de la part d’un ami artiste, en signe de complicité avec le fan-club. Ici composition/montage photo  d’un jeune photographe/cinéaste marseillais : Manuel Benchetrit.

- Toto-créativité explicite du lecteur : référence amusée à la pratique en vogue du D.I.Y.  (do it yourself).

Copie de P1010686.jpg

- Toto-poster « supplément illustré » : cadeau pour les lecteurs d’une œuvre originale (gravure, dessin, photographie, poème …) de la part d’un ami artiste, en signe de complicité avec le fan-club. Ici composition/montage photo  d’un jeune photographe/cinéaste marseillais : Manuel Benchetrit.

    Alors voilà, en poursuivant le rangement de mes affaires (mon bazar) je continue de trouver quelques  indices  et  témoignages  que  je  vais essayer d’utiliser pour étayer avec toi  ma proposition de « totofanclub crew ». 
    Attention, Il s’agit toujours d’une démarche très empirique et qui n’exploite  que mes expériences personnelles, mais je me lance bien volontiers et modestement dans un protocole à la Montaigne qui pourrait peut-être  faire de l’individuel un collectif (?). 


    Le dessin de Gilles dans un courrier, « toto plagiat dansant le sirtaki ».  Dans ce dessin on retrouve =>  la maîtrise et l’utilisation du signe « toto » qui danse, ainsi que la citation de son origine : toto plagiat (plagiat : celui qui s’approprie). A noter que cette présence déclarative du terme plagiat (et la reconnaissance immédiate et explicite de l’imitation que cela signifie ici), donne à ce dessin la qualité de citation plutôt que celle de copie. 
    Donc « toto » un signe que l’on peut citer et même plus :  c’est une  allégation, qui s’appuie sur et qui met en avant « toto ». Gilles m’expose et me confie que l’on parle la même langue. Qu’il se retrouve dans mon toto d’origine, qu’il le prend et l’utilise (apprendre et parler une lange étrangère …) Nous avons ce signe en commun.  Et ici  le simple spectateur fanclub d’origine est capable de me le  retourner (donc de se l’approprier).
    La question se pose alors de savoir si ce signe est vraiment pour Gilles une découverte avec un apprentissage et une appropriation (presque linguistique, mais bien sémantique…) ou bien est-ce qu’il ne s’agirait pas d’un des éléments d’une sorte de « langue maternelle visuelle », culturelle et symbolique.  
Toto est et devient rapidement un signe (-Signe : « Démonstration extérieure pour faire connaître ce qu'on pense, ce qu'on veut. Les muets parlent par signes. » Dictionnaire Littré). C’est à dire qu’il y a une force d’expression primitive (mais pas primaire) immédiate et reconnue qui semble facilement apprivoisable par le public. 0+0 serait comme un logo universel et trans-chronologique. A partir de là, le fan-club s’approprie le signe, il en fait lui aussi l’expérience de l’usage. Il  goûte ainsi librement du plaisir à communiquer, créer et donner du sens avec 0+0.
    Tu vois Jean-Claude, je pense qu’avec les membres du fanclub se pose alors peut-être la question du signe et du sens. Qui fait quoi et comment, et avec quel équipage (quel crew ?)  J’y reviendrai … Ne plus parler d’un totofanclub crew mais d’un toto crew  par exemple …
    Avec toujours un grand merci pour ton aide … et tes avis si précieux.

    Je t’embrasse,  François.
 

- Echange postal avec J. C. Moineau critique d’art et théoricien des pratiques et des attitudes artistiques contemporaines. 
Totofanclub crew ?  
Tentative d’un texte de présentation d’un type de fan-club peut-être un peu différent, avec l’apparition d’interventions très occasionnelles et ponctuelles de quelques membres de ce fanclub (seulement de quelques membres, vis à vis de l’ensemble du fanclub …) , comme une mini-équipe (crew) en soutient créatif (les collages street art, collections d’objets, propositions de toto slogans …). 
Toto plagiat ?
Tout le monde dessine toto. Même et surtout quand il danse le sirtaki …( ?)

- Toto-emblème artistique possible ?  Attribution à chaque lecteur d’une médaille totofanclub (référence à l’emblème, au signe distinctif, merchandising artistique => Ici c’est le couvercle d’une boîte de sardine => Marseille …).

- Totofanclub, appropriation par le lecteur. -Protocole d’installation artistique qui fait participer le lecteur et  l’invite à  « entrer dans l’œuvre » : prise en photo polaroïd ( portrait du lecteur avec sa médaille). Le portrait développé est ensuite glissé dans le fanzine comme une démarche d’appartenance (Portrait peut-être aussi sur les réaux sociaux Instagram, FB … Relations/échanges fanzine/réseaux sociaux …).

Voilà donc le découpage de ce numéro spécial. Avec encore beaucoup d’autres futures aventures je l’espère. La suite dans un prochain numéro ?
= = = = =